Haïti et Katerina : le continent américain face aux risques - CAN@BAE Histoire-Géographie

Haïti et Katerina : le continent américain face aux risques

, par Pascal.Meriaux

Le continent américain face aux risques : Haïti et Katerina

Que nous apprennent les risques naturels sur les enjeux du continent américain aujourd’hui ?

OBJECTIFS DE LA SEANCE :

-  Il s’agit tout en restant conforme aux anciens programmes d’anticiper un peu sur les nouveaux programmes de 5e.

-  Il s’agit de travailler à travers le Thème 3 - DES INÉGALITÉS DEVANT LES RISQUES (des nouveaux programmes de 5è) le continent américain dans son ensemble en abordant la notion de VULNERABILITE

- L’étude repose sur deux études de cas : "Une catastrophe naturelle

- dans un pays développé : Katerina et la Nouvelle Orléans

- dans un pays pauvre : Haïti, séisme et inondations

La comparaison démontre que deux aléas d’intensité voisine frappant
deux sociétés différentes peuvent provoquer des dommages de nature
et d’ampleur inégales.

Ces études de cas sont mises en contexte au niveau mondial en
s’appuyant sur des planisphères que l’on confronte (répartition de la
population, risques naturels, Indice de Développement Humain…). "
 : la mise en contexte est faite à l’échelle du continent américain afin de faire apparaître les différents niveaux de développement, les différentes vulnérabilités face aux risques.

- Les capacités visées sont

• Localiser et situer les deux pays étudiés

• Décrire une catastrophe naturelle et ses conséquences

• Expliquer :

- la différence entre les conséquences d’une catastrophe dans un pays du Nord et dans un pays du Sud.

- la relation entre vulnérabilité et développement

SITUATION PEDAGOGIQUE

-  Le niveau 5è
-  Temps passé en classe : 6 heures (2 heures pour chaque étude de cas et deux heures de contextualisation à l’échelle du continent)

Matériel

- Une salle informatique avec connexion Internet (les élèves sont 2 par poste) ou en classe avec un vidéoprojecteur

- Logiciel Power Point utilisé pour réaliser les diaporamas

DEROULEMENT DE LA SEANCE 1 : Etude de cas 1 Haïti, un territoire vulnérable face aux risques.

Après une présentation de la problématique et des objectifs du travail,les élèves sont amenés à travailler dans un premier temps de manière autonome en salle informatique sur Haïti.

La présentation du travail s’effectue d’abord par une présentation au vidéoprojecteur du séisme du 13.01.2010 à l’aide du fichier Google Earth. Cela permet de localiser Haïti dans le continent américain et dans la région des caraïbes, la capitale Port-au-Prince. Cette présentation permet également de donner aux élèves des explications sur le séisme (car ils abordent cette partie en SVT en 4è seulement).

Les élèves travaillent ensuite seuls sur le diaporama. La seconde séance se termine par la réalisation individuelle d’un schéma d’explication de la vulnérabilité du territoire Haïtien.

La troisième séance est une mise en commun en classe avec l’appui du diaporamas qui permet de construire une trace écrite commune : un système d’explication de la vulnérabilité du territoire haïtien et un croquis de synthèse ( avec en légende : PMA / Déforestation / Séismes / Cyclones et/ou tempêtes tropicales) / Fortes densités (littorales et urbaines) )

EVALUATION ET BILANde l’étude de cas 1

Le travail autonome sur le diaporama ne pose pas de difficultés majeures et les élèves sont actifs tout au long de la séance. Bien entendu, la construction du système de vulnérabilité d’Haïti pose davantage de problèmes aux élèves notamment en difficulté. Mais la mise en commun permet à tous d’accéder à la compréhension de la notion de vulnérabilité. Le croquis semble essentiel afin de localiser les facteurs de vulnérabilité dans le territoire haïtien.

DEROULEMENT DE LA SEANCE 2 : Etude de cas 2 Katerina et la Nouvelle Orléans, les Etats-Unis sont-ils invulnérables ?

De nombreuses études de cas et diaporama ont déjà été réalisés concernant le cyclone Katerina, je renvoie alors au dossier réalisé par le café pédagogique et au travail de Frank Marco dans le cadre d’une expérimentation de l’équipe géomatique de l’INRP.

La séance repose sur un travail en une heure en classe au vidéoprojecteur. Je présente aux élèves à l’aide d’un diaporama un récit des événements s’étant déroulés en 2004 à la Nouvelle Orléans. La trace écrite est construite au fur et à mesure avec en support le plan de la Nouvelle Orléans. Sont ainsi localisés le lac, le Mississippi, la digue qui a laché, les quartiers inondés, la ségrégation socio-spatiale des quartiers noirs et blancs, les stations de pompages...

L’étude a pour objectif de mettre en valeur la vulnérabilité du territoire de la Nouvelle Orléans de par son site et son occupation du sol mais surtout de montrer aux élèves que les populations vulnérables sont les populations noires et pauvres. Enfin, elle permet de montrer les moyens (certes tardifs) mis en oeuvre par les USA. Le bilan humain comparé aux bilans humains haïtiens permet de différencier la vulnérabilité des deux territoires et d’aborder la question de catastrophes humaines.

EVALUATION ET BILANde l’étude de cas 2 :

Si on peut reprocher le côté un peu magistral de la présentation, les élèves sont très réceptifs et actifs posant beaucoup de questions qui dynamisent les échanges et favorisent la compréhension. L’étude de cas 1 a également permis de poser des bases à la compréhension de la catastrophe de la Nouvelle Orléans.

DEROULEMENT DE LA SEANCE 3 : Mise en contexte : que nous apprennent les risques naturels sur les enjeux du continent américain aujourd’hui ?

La séance (2 heures) repose sur l’étude de plusieurs cartes à l’échelle du continent américain : climats, reliefs, densités de population et villes, idh, risques naturels.

La réalisation d’une carte qui permet de mettre en évidence "les gradients de vulnérabilté" du territoire américain face aux risques naturels sert de trace écrite. Cette carte permet également de localiser les grands repères géographiques.


Télécharger le diaporama sur Haïti.

Télécharger la fiche de consignes sur Haiti

Partenaires

Police pour dyslexie ?
Interlignage double ?