Utiliser la géographie pour mieux comprendre le tsunami au Japon - CAN@BAE Histoire-Géographie

Utiliser la géographie pour mieux comprendre le tsunami au Japon

, par Philippe Briat

Objectifs

1) utiliser les notions et la méthode d’analyse géographique pour mieux comprendre le risque de tsunami à partir de l’exemple du Japon

2) mobiliser des savoir-faire :

* utiliser différents documents : cartes, animations, vidéo, globe virtuel

* conduire une analyse à différentes échelles

* rédiger un paragraphe argumenté

Documents utilisés

- un extrait vidéo d’une minute sur la tectonique des plaques
- une carte des plaques tectoniques qui composent la surface terrestre (source : Wikipédia)
- une animation du CEA sur les tsunamis
- cartes des séismes dans le monde (source : ENS)
- fichier Plaques tectoniques.kmz
- fichier Epicentre.kmz
- fichier Centrales nucléaires.kmz
- fichier Zone la plus touchée.kmz

Outils utilisés

- Google Earth

Utilisation possible de la séquence pédagogique

Si les élèves n’ont jamais utilisé Google Earth, présenter l’outil et ses fonctionnalités en classe entière avec le vidéoprojecteur.

Les élèves disposent, sur le réseau pédagogique de l’établissement, d’un dossier contenant un fichier traitement de texte avec les questions, et les liens vers les documents ainsi que les fichiers .kmz qu’ils utiliseront pour travailler

Questions

1) En utilisant l’extrait vidéo et l’animation du CEA, rédigez un paragraphe d’une dizaine de lignes expliquant ce qu’est un tsunami, quelles sont ses causes et ses effets.

2) En utilisant la carte des plaques tectoniques et le fichier Plaques tectoniques.kmz identifiez les plaques correspondant aux repères 1, 2, 3 et 4.

3) Le Japon est-il particulièrement menacé par les séismes et les tsunamis ?

4) En utilisant la carte des plaques tectoniques, indiquez quelle est la façade (Est ou Ouest) du Japon qui est la plus exposée au risque de tsunami en justifiant votre réponse.

5) En utilisant le fichier Centrales nucléaires.kmz voyez vous un rapport entre la localisation des centrales nucléaires japonaises et l’exposition aux tsunamis ?

6) Affichez le fichier Zone la plus touchée.kmz et Epicentre.kmz dans Google Earth. Placez-vous au repère sud à une altitude d’environ 2 km du sol. Parcourez la côte japonaise à cette altitude jusqu’au repère nord. En utilisant la fonction de Google Earth permettant de connaître l’altitude d’un point situé sous le curseur, localisez les zones où le tsunami risque d’avoir fait le plus de dégâts et de victimes.

Ce qui est attendu des élèves

A l’échelle planétaire, les élèves constatent que le Japon est au point de rencontre de 4 plaques tectoniques. Les séismes et les tsunamis y sont donc fréquents comme le montre la carte des séismes dans le monde.

Face au risque de tsunami, la côte Est est davantage menacée. Cela explique vraisemblablement, que les Japonais aient installées le plus grand nombre de centrales nucléaires sur la côte Ouest. Toutefois pour des raisons de distribution de l’électricité, ils n’ont pu totalement laisser la côte Est dépourvue de centrale, c’est sur cette côte que se trouvent l’essentiel des besoins, dans la mégalopole japonaise.

En changeant d’échelle, de l’échelle nationale à l’échelle locale, on constate que la portion de la côte Est est plus ou moins exposée aux effets d’un tsunami venu du Pacifique. De fait, certaines portions de cette côte sont des côtes rocheuses où le rivage se trouve à une altitude de plusieurs mètres, voire supérieure à 10 m. Si la vague du tsunami n’a donc pas pu pénétrer à l’intérieur des terres, il faut toutefois constater que ce ne son pas là les zones les plus peuplées...Il faut donc s’attendre à d’importantes pertes humaines, les villes et villages étant le plus souvent situées sur les plaines côtières à une altitude comprise entre 0 et 5 m.

Documents joints

Partenaires

Police pour dyslexie ?
Interlignage double ?