Exposition "Bénéfices de guerre, guère de bénéfices" - CAN@BAE Histoire-Géographie

Exposition "Bénéfices de guerre, guère de bénéfices"

, par Jean-Marc CHAVOT

Cette exposition montre l’évolution économique, sociale et culturelle du bassin industriel stéphanois durant la Grande Guerre.

En septembre 1914, l’invasion des bassins industriels du Nord et de l’Est oblige le gouvernement à réorganiser complètement et sans délai l’approvisionnement de ses armées. Largement mis à contribution pour répondre à cet « effort de guerre national », le bassin stéphanois devient, dans des proportions jamais atteintes jusque-là, le véritable arsenal armurier de l’arrière. L’exposition « Bénéfices de guerre, guère de bénéfices ? 14-18 » révèle l’engagement et l’importance de l’industrie stéphanoise pendant le premier conflit mondial, tout en s’interrogeant sur la complexité des bénéfices engendrés, qu’ils soient économiques, sociaux ou culturels.Retour ligne automatique
Près de 200 objets seront présentés, tels que le canon de 75, le fusil Lebel, la mitrailleuse Saint-Étienne, de nombreuses armes issues des collections du musée, d’intéressantes affiches originales, des photographies inédites et des éléments de paquetage de soldats produits dans la région stéphanoise ... autant de pièces emblématiques qui nous guident dans la redécouverte des enjeux de cette aventure industrielle.

LA MOBILISATION GÉNÉRALE INDUSTRIELLE
Dès les premiers mois du conflit, des « groupements industriels régionaux » sont créés afin de répondre au plus vite aux besoins de l’Armée et coordonner la production. Les richesses des industries du bassin stéphanois, de la mine à la sidérurgie, de la mécanique au textile, et du fabricant à l’artisan, en font un des hauts lieux de la production nationale. La société et l’économie toute entière se mettent au service de la guerre, et en particulier les femmes, qui sont sommées de produire par tous les moyens des quantités énormes de ce que la guerre engloutit dans les combats. Des fortunes de guerre se constituent et les entreprises devront rendre compte, la paix revenue, de ces bénéfices exceptionnels...

... BÉNÉFICES DE GUERRE ?
Au terme de quatre longues années, femmes et hommes, usines et machines sortent usés et épuisés. Néanmoins ce sacrifice a apporté une relance inattendue au bassin stéphanois : progrès techniques, solidarités ouvrières renforcées, évolution des mentalités lui offrent un second souffle. La Manufacture Nationale d’Armes de Saint-Étienne et la Cie des Forges et Aciéries de Saint-Chamond servent de base à la démonstration de ces changements.

LES COMBATTANTS DE L’ARRIÈRER
Après avoir dressé l’état des lieux de l’industrie stéphanoise dans le contexte économique d’avant-guerre, l’exposition proposera de suivre le parcours de neufs personnages fictifs. Cinq hommes, trois femmes et un enfant inviteront le visiteur à découvrir leur quotidien avant la mobilisation générale et pendant la guerre. A la fois spectateurs et acteurs des bouleversements sociaux et économiques du bassin industriel en guerre, leurs témoignages permettront d’apporter un éclairage particulier sur le développement de la "machine" industrielle de l’arrière.

Médiation culturelle autour de l’exposition

La visite guidée
Tous niveaux, à partir de l’école élémentaire. Durée : 1h30
Le conflit de la première guerre mondiale à donné une place toute particulière au bassin industriel stéphanois. En tant qu’arsenal de guerre la population a dû s’adapter pour répondre à l’effort de guerre. Le rôle des femmes à l’arrière, comme moteur de l’industrie mais aussi soutien moral et financier dans les familles, a contribué à faire évoluer leur place au sein de la société. Le parcours de neuf personnages permettra de découvrir le quotidien de cette vie à l’arrière.

Les ateliers

1. CE1 ; 3ème : correspondances de guerre. Durée : 1h30

Pendant toute la durée de la première guerre mondiale, des centaines de milliers de lettres et cartes postales circulent quotidiennement du front à l’arrière, et inversement.
De fait, le papier et l’encre constituent pour les millions de soldats et familles le seul lien fragile qui les unit encore en ces temps difficiles. A partir d’extraits de courriers d’époque, les élèves découvriront les stratagèmes inventés pour faire parvenir de l’information tout en déjouant la censure. En atelier, les élèves s’exerceront à ce même travail en réalisant une carte postale à l’aide d’une plume et d’encre noire.

2. 3ème ; 1ère : censure et propagande pendant la guerre de 14-18. Durée : 2 h

Dès le début du conflit, l’Etat et l’Armée mettent en place des dispositifs de contrôle et de fabrication de l’information. Ainsi, censure et propagande servent à contrôler les discours et les images sur la guerre, dans le but de mobiliser la nation et d’empêcher toute démoralisation. Un parcours dans l’exposition et un atelier pour permettre aux élèves de comprendre les enjeux de la maîtrise de l’opinion publique et de découvrir les différentes formes prises par la censure et la propagande.

3. Collège, Lycée : l’effort de guerre. Durée : 1h 30Retour ligne automatique
A travers l’exposition "Bénéfices de guerre, guère de bénéfices ? 14-18 ", les élèves découvrent la situation d’une ville industrielle de l’arrière durant la première guerre mondiale et dressent un inventaire des différents profils sociologiques de ses habitants ainsi que les conséquences de la guerre sur leurs conditions de vie.

Tarifs :
Visite libre : 2 euros / élève : SEM et Hors SEM, attention réservation obligatoire
Visites guidées et ateliers : 2 euros / élève pour les écoles primaires SEM, 3 euros/ élève pour les écoles primaires Hors SEM, collèges, lycées SEM et Hors SEMRetour ligne automatique
Carte M’ra : présentation de la carte obligatoire pour chaque élève Agenda de l’exposition temporaire...

Conférences :

22 octobre 2015 à 14h30 « Les affichistes de guerre »
Présentée par Sabine FRANCOU, docteur en Histoire de l’Art, Chargée de collections à la Fondation Renaud

21 janvier 2016 à 14h30 « Les étrangers à Saint-Etienne pendant la grande guerre » animé par Frédéric Zarch. Tarif : prix d’entrée au musée

Dans le cadre de la Fête de la science :

Projection court métrage Lettres de femmes
Court métrage d’animation de 11 minutes, en stop motion, cartons et papiers, réalisé par Augusto Zanovello. Créé par Augusto Zanovello, Jean-Charles Finck et Arnaud Bechet. 
Coproduit par Pictor Media / XBO Films, distribué par Project Images Films.
Sur le front de la Grande Guerre, l’infirmier Simon répare chaque jour les gueules cassées des poilus avec des lettres d’amour, des mots de femme qui ont le pouvoir de guérir les blessures de ces soldats de papier. Simon, lui, semble à l’épreuve des trous, infroissable, indéchirable dans sa blouse blanche. Son secret, c’est sa marraine de guerre, qui occupe toutes ses pensées dès qu’il a un moment pour souffler. La savoir à l’abri quelque part à l’arrière lui donne l’énergie nécessaire pour affronter quotidiennement l’horreur et la mort. Mais lorsque la mort frappe là où on ne l’attend pas, des mots couchés sur le papier peuvent-ils encore effacer les douleurs ?

Séances scolaires : Vendredi 9 octobre 2015 : 9h00 10H30 -14H00- 15H30
Places limitées pour chaque séance, réservation obligatoire au 04 77 49 73 20

Déroulé : les élèves sont accueillis par un médiateur culturel qui présente et met dans son contexte le court métrage. Ensuite les élèves visitent librement l’exposition temporaire Bénéfices de guerre, guère de bénéfices ?

Le Musée d’Art et d’industrie vous invite à découvrir l’exposition et ses ateliers scolaires présentés par le Service des publics et le professeur relais
BÉNÉFICES DE GUERRE, GUÈRE DE BÉNÉFICES ?
le mercredi 14 octobre 2015, à 15 h Retour ligne automatique
. Entrée gratuite [réservation obligatoire au 04 77 49 73 20]

Pour tout autre renseignement, vous pouvez contacter
le service des Publics au 04 77 49 73 04
ou le professeur relais jean-marc.chavot@ac-lyon.fr

Partenaires

Dans la même rubrique

Police pour dyslexie ?
Interlignage double ?